jeudi 18 avril 2019

TROP de TATOUEURS

trop de tatoueurs article olivier poinsignon

Ce lundi alors que je fais mon petit tour sur youtube je tombe sur une vidéo qui attaque un point important de notre époque. Que-dis-je...c'est un point majeur, un point crucial, un point tristement noyé dans les larmes d'une flèche flambante. 


LA HAUSSE DU NOMBRE DE TATOUEURS.


Face à cette situation nous avons toujours des avantages et des inconvénients. L'avantage (dans la vidéo en question il n'y en a qu'un) est brièvement abordé comme un encouragement à la compétitivité et pourquoi pas une émulsion créative motivant chaque tatoueur à se spécialiser pour pouvoir occuper une offre plus précise et qualitative sur le marché. Les inconvénients eux plus nombreux seraient liés aux mauvais tatouages fais à bas prix. Ces bousilles que l'on retrouve "sur le marché" et que "l'on doit rattraper" derrière sont dans les viseurs des haters qui étaient là bien avant !!!  Sachant que le tatoué aura la sensation de payer plus cher un tatouage qui sera probablement moyen ... blabla, au final  il y a moins de travail ou alors il est plus chiant?

En vrai je n'ai pas continué de regarder la vidéo qui m'a fait réagir car je voulais simplement introduire le sujet et ne pas taper sur quelqu’un précisément. Il y a un recul à avoir sur la situation, effectivement les agendas des tatoueurs sont plus courts et il y a beaucoup de tatoueurs. L'âge d'or du tatouage s'assombrit un petit peu et il faut se battre là où il y avait beaucoup plus de place il y a 10 ans ... les réseaux sociaux émergeaient, les tatoueurs avec une culture artistique moderne n'étaient pas légion et ceux qui maîtrisaient les outils numériques n'en parlons même pas. Un tatoueur comme moi a pu émerger malgré ses erreurs il y a quelques années justement parce-que l'offre était insuffisante et vierge d'exploration sur certains domaines.

Ce n'est pas parce-qu’un fast food est plein que le restaurant gastro d'à côté se lamente de ne pas avoir autant de clients. Change de cuisine ou soit plus pointu et attractif mais ne te plains pas de ne pas réussir à attirer ceux qui sont déjà à table et dont le palais et l'estomac ne réclament pas "plus". Tous les tatoueurs ne répondent pas au même standing. Oui les écarts de prix sont de plus en plus significatifs. Que ça soit dans la démarche, la recherche graphique, l'expertise, l'échange humain, le matériel, les lieux, le temps accordé, l'image de marque, l’environnement et sa scénographie, le suivi (...) chaque détail maîtrisé ou non justifie le prix et le profil général d'un tatoueur.

Le tatouage est devenue une voie de garage ! Et oui des fois je me dis que certaines personnes font des logos de t-shirts sur la peau parce qu'ils ont raté leur vocation dans le textile mais en même temps...est-ce que moi j'ai envie de faire ça ? NON ! Alors pourquoi râler et pointer du doigt ceux qui ne nous plaisent pas ?  Si une personne "jugée mauvaise" a plus de travail qu'une autre personne "jugée bonne" c'est peut-être qu'il y a un problème d'accessibilité, un problème de communication ou bien un problème de tendance ! Ou pire ... un problème de jugement. Ou encore plus simple ... les clients sont paresseux et ne se renseignent pas assez...ou encore beaucoup beaucoup plus simple, tu es aussi un tatoueur merdique mais tu trouves même pas les clients merdiques qui te correspondent !



Deux solutions pour les tatoueurs et les tatoués :


1.
[ tatoueurs]
S'adresser publiquement à tous les clients potentiels pour leur expliquer qu'il faut consulter les 100  000 000 tatoueurs existant sur la toile à travers le monde avant de prendre un rendez-vous chez le tatoueur qui n'est pas toi (et ce même s'il est sympa). Il faut qu'ils s'éduquent longuement et qu'ils s’imprègnent d'une culture dons les néophytes sont souvent rejetés par des clichés du métier. Et ce afin d'assurer leur investissement financier et corporel dans un tatouage qui sera bien réalisé pour l'amour des beaux tatouages . Une fois que vous avez fait votre annonce, continuez de faire ce que vous faites et attendez le client.

[tatoués]
Oubliez vos impératifs et n'hésitez pas à négliger un peu votre entourage, prenez bien en considération qu'il y a des tatoueurs qui attendent que vous tombiez sur eux. Buchez tous les soirs pour comprendre la personnalité qui se cache derrière les photos prises un peu trop vite que l'on peut trouver sur les pages de certains tatoueurs car ils méritent vraiment qu'on fasse l'effort de comprendre qu’après une grosse session de tatouage se soit compliqué de rester concentré et d'en plus s'embêter à gérer un éclairage et un client fatigué (sachant que l'heure du repas s'approche). Soyez plus empathique si vous voulez trouver "le tatoueur meilleur que tu le sais pas encore". Comprenez que certaines personnes sont tristes de ne pas avoir empoché votre argent en faisant ce qu'ils aiment et jugent votre tatouage merdique et donc indirectement votre capacité à choisir ce qui est bon pour vous. Vous êtes vraiment nul !


2. 
[ tatoueurs]
Dans tous les cas on a plus de chances de changer sa propre situation en se remettant en question plutôt qu'en accusant le marché. C'est quoi le plus prétentieux quand vous manquez de travail, croire que le monde va s’intéresser à vous en ne changeant rien ou essayer de se positionner dans le champ de vision des personnes qui vous intéressent en leur faisant un sourire ?

[tatoués]
Accepter que la vie ne  permette pas d'être un spécialiste dans tout ce que l'on consomme. Faire un travail d'introspection pour cerner qui l'on est, et s'investir dans les milieux qui nous ressemblent sont des investissements dans et pour la vie. Accessoirement, le tatoueur clef devrait apparaître là où on focalise notre attention (si l'on a fait le choix de maîtriser un minimum son parcours de vie), ou alors s'il est cohérent avec ma personnalité et mes goûts,  mon entourage me le présentera. Les personnes spécialisées rencontrent des personnes spécialisées*.


Ce billet était un petit peu acide car je suis toujours fâché avec ceux qui n'acceptent pas les images qui ne leur plaisent pas et ce de manière violente. La remise en question doit toujours venir de l'extérieur quand on est face à une personne bornée. Pourtant la qualité principale d'un artiste c'est la remise en question ou l'hermétisme ?  Bien souvent il y a une sorte de discours contradictoire qui se retrouve dans la bouche de ces gens là: " c'est nul c'est pas comme moi bande de nazes" vs "merci de ne pas me copier bande de nazes". Je crois que le tatouage est en phase de devenir un peu comme le monde de la musique mais c'est probablement un autre sujet...


La semaine prochaine j'enfonce le clou avec une nouvelle vidéo,
 abonnes-toi en avance et je saurais que tu as lu .


*c'est toujours un plaisir et un honneur de rencontrer des personnes passionnées. 

vendredi 12 avril 2019

5 Conseils pour tatouer


Après avoir redigé sur facebook  le post ci dessous, je me suis résolu à tourner une vidéo "conseils" pour jeunes tatoueurs. Un conseil ne valant pas un apprentissage, j'ai réfléchi à des points qui me semblent essentiels et qui sont faciles à mettre rapidement en pratique. (la vidéo est en dessous)



" Le 28 mars dernier au petit matin vous étiez vraiment très nombreux à me répondre, et les messages en privé étaient intenses. Je ne cherche pas à nourrir l'espoir d'un partenariat ou d'un apprentissage à mes côtés car je pense que celui ci serait insoutenable (sauf si je trouve un hyper actif plus actif que moi?). Je rappelle que j'ai rédigé récemment un article sur le sujet de l'apprentissage. Celui ci a été rédigé pour motiver sans brosser dans le sens du poil car être tatoueur pour certain ça va être très compliqué: https://oliviertattoo.blogspot.com/…/3-astuces-pour-trouver…



En revanche j'ai bien des réponses et des conseilles à vous apporter pour vous aider. Notre métier est en mutation et je crois à l'apprentissage hybride pour pouvoir développer de nouvelles approches.
Je suis moi même un autodidacte qui à expérimenté sur sa cuisse il y a 10 ans, j'ai récupéré quelques bricoles sur le net et ouvert grand les yeux en convention et surtout surtout en allant me faire tatouer chez des pointures comme Easy Sacha, Jean Luc Navette ou encore Mike Gantelme que je respecte toujours.


Beaucoup ont demandés à me rencontrer...si je devais passer juste une heure avec chaque personne demandeuse, je devrais bloquer une semaine de travail suite au poste d'hier.  Je suis touché mais mon temps en physique est réservé aux personnes que j'encre. Continuons d'échanger sur les réseaux, ça n'est pas "la vraie vie véritable" mais je peux vous répondre exhaustivement car une seule réponse servira à d'autres.

[POURQUOI CETTE QUESTION*]
--------------------------------------------------------
.
1- Je prépare une petite aide vidéo et j'ai besoin de connaître les personnes à qui je m'adresse. Je me rends compte que beaucoup de jeunes tatoueurs me suivent et j'en suis honoré, manifestez vous plus à l'avenir. 
.
.
.
2- Je prépare effectivement un tattoo concept avec 5 personnes pouvant tenir une machine. Votre petit bout de nez me permet de faire "une pré-sélection" pour savoir à qui je vais envoyer le dit projet.

--------------------------------------------------------

Vous lire me permet de comprendre plus précisément à qui je parle. Le temps que vous passez à rédiger un commentaire n'est pas perdu car je le digère justement pour vous adresser des articles plus en phase avec vous et avec moi. Je n'adapte pas mon contenu car j'aiguise mes opinions avec une grande subjectivité, en revanche j'adapte mes angles d'approches pour que vous puissiez entrer plus facilement et vous servir de mon experience.

[LES INTÉRÊTS]
----------------------------
Qu'est ce que j'y gagne?
La satisfaction d'être utile dans un milieux qui a changé ma vie et le sentiment que je mérite ma place.
J'espère donc sincèrement que vous gagnerez quelque-chose à lire ces lignes, la vidéo suivante est pour vous :





*voilà la question de base:
Tu es tatoueur de prés ou de loin*? Laisse un commentaire pour pointer le bout de ton nez s'il te plait ( je ne vais pas compter les likes), tatoueur confirmé, débutant, apprenti, scratcheur, en recherche d’apprentissage, rêveur...manifeste toi même si je te connais déjà.


dimanche 7 avril 2019

Les mots de Fanny




Fanny est venue dans mon atelier il y a deux ans. Nous avons partagé une session forte dont je n'ai jamais réussi à trouver le temps de cliper les images...en attendant que cela arrive voilà le témoignage de F. suite à notre dernière rencontre il y a quelques semaines. Bonne lecture:

" Je suivais le travail d'O. depuis un certain temps, sa singularité m'avait attiré. L'indéfinissable derrière ses œuvres me parlait beaucoup, je me sentais proche de cette personne sans la connaître.
L'idée de me faire tatouer une "grosse pièce" très personnelle, pas comme les autres,s'affirmant de plus en plus, je suis rentrée en contact avec O. ; selon la procédure : échanges de mails, formulaire à remplir, prise de rendez-vous.
Puis nous nous sommes rencontrés... Nous avons passé l'après-midi ensemble sans la moindre trace de tatouage sur moi.

J'ai découvert l'atelier d'O. , son univers mystérieux, noir et lumineux.
J'ai regardé, observé, contemplé. Il m'a d'abord proposé un café puis questionné pour "en savoir plus". Il est vrai que j'étais restée relativement abstraite et évasive dans mes réponses écrites. Je crois que de mon côté j'avais besoin de venir chercher la finalité de mes inspirations et respirations chez O., en tout cas avec lui. J'avais le sentiment de pouvoir me faire comprendre sans forcément parler ou tout dire. Un peu comme un déplacement sans jamais bouger! 

On a quand même beaucoup parlé, dans l'échange et le respect.
On a parlé de nos goûts, de nos passions, de la vie, de la mort, des crevasses, des arcs-en-ciel, de la lune, de l'océan, de la danse, de musique, du vent, du mouvement, de l'énergie, de la terre.

Puis on a mis "coco rosie" , O. a installé un très grand format papier au sol et on s'est lancés, lâchés...on a peint, on a jeté l'encre, on a dansé l'encre. Il y a eu dans ce moment de partage beaucoup de désirs enfouis, d'envies libérées, des incertitudes assumées, des vibrations sonores et gestuelles. Il y avait deux enfants et deux adultes. Deux corps. Un corps. De beaux reflets. Il y a eu sans les nommer les choses que je voulais voir apparaître sur mon corps.

tatoueur clermont ferrand olivier poinsignon free hand


Nous n'avons pas vu passer l'après-midi, c'était un temps "hors temps"! . Il était trop tard pour réaliser le tatouage mais quelle importance! Nous venions de partager un moment unique et magique.

Un mois plus tard je suis retournée chez O.
O. avait de nouveau préparé quelque chose au sol mais cette fois-ci c'était un emplacement réservé à la réalisation de mon tatouage. Nous avions passé une après-midi à peindre à même le sol, le tatouage ne pouvait se faire autrement.

"CandyLand" de Coco rosie, deux essais aux mouvements du morceau puis la réalisation concrète du tatouage.

Sentir le sol, ressentir les corps inconfortables, s'offrir à la métamorphose, respirer sa liberté en mouvements dansés de part et d'autre de mes épaules, de mes bras et du haut de mon dos.

Ce premier projet, cette première collaboration avec O. m'a ouvert des amplitudes encore inexplorées et je le remercierai jamais assez. Ce tatouage est un peu LE tatouage de ma vie.



tatoueour clermont ferrand noir abstrait graphique olivier poinsignon cocorosie

Deux ans pus tard j'ai de nouveau sollicité O.
Besoin de reprendre de l'air et un souffle nouveau dans ma vie.
Cette fois-ci ma demande était un peu plus précise, je désirais une montgolfière et que celle-ci figure sur ma cuisse gauche. 

Pour ce projet nous avons dû nous voir trois fois. 

Au premier rendez-vous O. a dessiné la montgolfière. Puis nous avions décidé de réaliser des bulles d'air autour de la montgolfière pour recréer mouvement et liberté.

Malheureusement le premier essai n'a pas été concluant. Et pourtant O. y avait mis du sien en bricolant un "pistolet à bulles" spécialement pour moi. De mon côté j'ai beaucoup ri et cela ne me posait aucun souci de revenir pour poursuivre. O. lui n'était pas content du tout et s'en voulait! . Mais mon cher O. c'est en faisant que l'on découvre et que l'on apprend!
Pour le deuxième rendez-vous O. m'a bandé les yeux . Je me suis dit "whaou! il va me tatouer sans que je ne voie ni ne maîtrise rien", ça m'a un peu fait peur mais je lui fais confiance et j'étais prête. Finalement le masque n'était que pour le dessin. Je me suis laissé porter par le "jeu" et par les sensations...

" Je suis allongée, détendue, mais j'ai un peu froid. Le vent qui commence à souffler sur moi amplifie la sensation du froid mais je me concentre. Je suis dans ma montgolfière, entre ciel et terre, je suis un oiseau, je vole. Je pense comprendre ce qui se passe. L'encre coule le long de ma cuisse, sur mon genou, sur les côtés. J'ai l'impression qu'il y a vraiment beaucoup d'encre! J'ai l'impression que O. prend ses aises et qu'il va me tatouer toute la jambe. Je laisse faire, je disparais derrière mon masque, je libère mon corps.

O. me dit qu'il a fini ! Il va me retirer le masque mais avant il me demande si j'ai une idée de ce qu'il vient de faire. Je bredouille : "ventilateur"... Oui, c'est bien ça! O. a utilisé un ventilateur et des petites bandes découpées (comme une baguette de sorcier !!!) et en approchant sous différents angles la baguette (baguette encrée évidemment!) a laissé les courants d'air se déposer sur ma jambe ...La suite du tatouage allait pouvoir se faire. "
Je n'ai pas parlé de la sensation de l'aiguille à cet emplacement. Je m'attendais plutôt à quelque chose de "cool". La cuisse étant un endroit plutôt charnu je pensais que cela atténuerait les sensations, la douleur ... Je me suis trompée. J'ai ressenti une douleur vive, lancinante, comme des élancements aigus. Cette sensation m'a rappelé des méchants coups de soleil que j'avais attrapés il y a quelques années au même endroit. Je suis sortie de ces séances d'encrage épuisée, ma cuisse gauche me semblant à la fois lourde et engourdie.

Nous avons terminé cette deuxième séance mais il manquait encore quelque chose. La montgolfière est apparue trop anodine et faible par rapport aux différentes traces volant tout autour d'elle. 

Nous avons convenu d'un troisième rendez-vous, laissant du temps à la réflexion et à la création. Les imprévus de la vie ont fait que ce troisième rendez-vous a été modifié deux fois, nous avons donc eu encore plus de temps pour finaliser cette pièce.

De mon côté ce laps de temps m'a permis de m'approprier ce nouvel encrage. Il n'a pas été aussi simple et évident que le premier (je parle de celui réalisé deux ans auparavant avec O.). Effectivement je suis passée par différents ressentis. D'abord l'excitation, l'euphorie...puis le doute. Ce tatouage m'est apparu trop envahissant, débordant, exagéré. De plus j'avais choisi un endroit difficile pour moi : mes jambes, la cuisse. Difficile dans la conscience corporelle que j'ai avec cette partie de mon corps. Difficile dans ma dysmorphophobie globale. Je me suis située pendant plusieurs jours entre déchirure et beauté ; douleur et consolation.

La troisième séance a permis au tatouage d'exister vraiment.
Nous avons décidé de faire un cordage à ma montgolfière et O. m'a proposé de la noircir.
Le résultat a eu le mot de la fin : exactitude. Je me suis sentie m'envoler avec ma montgolfière.

 tatoueur clermont-ferrand tatouage vent olivier poinsignon fanny

Cependant il restait encore une dernière touche finale...
O. termine toujours ses séances de travail par des photographies de ses pièces. Ainsi il peut créer des publications et montrer son travail. Nous avons donc fait les photos. Puis O. m'a envoyé les photos, de jolies photos car O. est bon photographe MAIS des photos avec mes jambes!!! et là j'ai eu une remontée d'angoisses et de vertiges. O. ne pouvait pas publier ces images-là, ça me touchait trop dans mon intimité profonde, dans mon histoire sombre.

Dilemme. J'étais prise dans ma propre incohérence...

Je pense que O. est une sorte de magicien, un guérisseur sans le savoir, une personne tellement bienveillante et respectueuse qu'il vous console de l'inconsolable et c'est en écrivant ces quelques lignes que j'ai décidé de le laisser publier notre travail.

Le tatouage est un morceau de soi, chaque pièce contribuant à la recomposition de notre puzzle . Merci O. d'y contribuer avec tes aiguilles pleines de coeurs (clin d'oeil pour le tattoo à venir ;-)) " .

 tatoueur clermont-ferrand tatouage vent olivier poinsignon fanny

 tatoueur clermont-ferrand tatouage vent olivier poinsignon fanny tatoueur clermont-ferrand tatouage vent olivier poinsignon fanny tatoueur clermont-ferrand tatouage vent olivier poinsignon fanny


C'est une chance pour vous et moi de pouvoir lire ça, vos témoignages et vos récits ont une place d'honneur sur ce blog. Merci de prendre du temps et de nourrir un autre aspect du tatouage. Je remercie également Fanny pour ce beau texte et aussi pour avoir cassé mon trait fin 2016.

dimanche 31 mars 2019

Tatouer avec Banksy (part-2)

banksy et olivier poinsignon marionnette tattoo attack


En février je me suis amusé à rédiger une fiction sur Banksy sans penser que celle-ci arriverait si loin. Pour le coup Banksy s’intéresse au milieu du tatouage depuis 2008 et ça depuis qu'il a invité Sadhu le Serbe au Cans Festival. Semblerait que celui-ci se soit retrouvé sur mon blog (en même temps à force de chercher on trouve). J'ai effectivement reçu un premier mail anonyme me demandant pourquoi j'avais rédigé ça et si j'avais des idées plus poussées concernant ce projet. Si vous me lisez régulièrement vous savez qu'une perche tendue met mon cerveau en ébullition surtout quand je lis ça dans mon lit avant de m'endormir.



La fiction en question a donc déclenché des réactions en privé que je ne veux pas partager ouvertement, mais la question du viol d'identité est ressortie et la dimension critique de cette même identité formatée conditionnée n'est pas assez éclairée. Bien-sûr il faudrait un grand mépris de l'inconnu pour pouvoir réaliser ce genre de "happening" artistique. Quoique j'ai peut être un défaut lexical, ça ressemble plus à une action commando qu'un happening. A l'origine j'avais imaginé un enlèvement random en public mais en réfléchissant à ce geste on s'en prend potentiellement à une personne non concernée par le sujet. Alors que dans l'histoire finalement publiée, la cible et non la victime illustre elle-même le risible de la situation dans son changement d'estime de son tatouage. Elle est concernée ! C'est un peu comme les cochons tatoués de Wim Delvoye, ils ont subi un acte qu'ils ne voulaient pas mais finalement ils sont sortis de leur statut de produit banal pour devenir des œuvres d'arts et être sauvé de leur condition primaire (ils ne seront pas tués prématurément à l’abattoir). Sauf que eux ils ne font pas de selfies.




Tout ça pour dire qu'une "entité supérieur" m'a proposée de s'associer pour une opération "tattoo attack" qui consiste à récolter une base de données d'individus prés à subir un enlèvement tatouage au cours des prochains 6 mois. Ceux-ci signent une décharge, fournissent une copie de leur carte d'identité, certificat de santé, préviennent de leurs allergies, confirment ne pas être enceinte ou avoir des problèmes cardiaques, donnent accès à leur agenda en ligne ainsi que leur numéro de téléphone portable pour qu'ils puissent être géolocalisés...un simple accès à votre compte google suffit.




tattoo attack par banksy et olivier poinsignon



Les grandes lignes sont verrouillées mais il reste encore quelques détails à régler avec l'organisation et "l'entité". Coïncidence je vais justement à Londres en Angleterre du 10 au 15 juin au studio NR. Le site www.tattooattack.uk sera opérationnel dès le 21 juin et vous pourrez poster votre candidature sur celui-ci. Le projet est destinée à la zone euro' et l'ouverture aux inscriptions se fera durant 7 jours seulement. Tous les profils seront étudiés de façon à ce que l'action se fasse avant le 21 décembre 2019. Lors de l'action prés de 17 caméras seront connectées pour retransmettre l'action sur www.tattooattack.uk . Mais pour ça il faudra s'être enregistré sur le site car on ne vous préviendra pas de quand cela arrivera.

"Pour le prix de l'action ça ne coûte rien de participer.

On vous demande juste l’accès à votre compte Google."

Et si tu as encore un doute je te laisse visiter ce site.




nr tattoo studio olivier poinsignon londres banksy

lundi 25 mars 2019

Vide et naissance

braclet cheville tatouage, tatouage metamose, olivier poinsignon, gus, collaboration

Le tatouage dont je vais vous parler était prévu il y a un an mais je dois vous raconter quelque-chose avant. J'ai rencontré "la Fille en rouge" il y a deux ans et cela a changé ma façon de communiquer je crois. Vous ne le croirez peut-être pas mais j'ai été timide par le passé et même si j'ai encore des lacunes à parler en public, "la Fille en rouge" m'a libéré d'une crainte monumentale: la peur du ridicule. Quand vous ne le craignez plus vous vous rendez compte que le jugement vient juste du regard des autres. Si vous faites ce qui vous semble juste, si vous le faites avec cœur et conviction, peu importe la forme que cela prendra, vous l'assumerez. Et si la forme que vous adoptez à ce moment-là est "trop exotique", il n'y a que ceux privés d'empathie ou qui ne font pas l'effort de comprendre qui seront mal à l'aise. 


Cette notion je l'ai intégrée lors d'une collaboration restée presque muette jusqu'ici. Ce jour-ci j'avais entendu la phrase la plus terrifiante que j'ai jamais entendue : "je suis prête à porter un échec graphique"... une telle foi c'est marquant.  Donc il y a deux ans Gus, Métamose et moi-même jouions avec nos machines une pièce de théâtre improvisée en grommelot sur les jambes de la Fille en rouge après une demie-journée d'exercices verbaux et corporels. Oui mon travail est formidable, s’intéresser aux gens c'est s'exposer à recevoir des cours particuliers de théâtre à domicile.

braclet cheville tatouage, tatouage metamose, olivier poinsignon, gus, collaborationbraclet cheville tatouage, tatouage metamose, olivier poinsignon, gus, collaborationbraclet cheville tatouage, tatouage metamose, olivier poinsignon, gus, collaboration


Sans transition faisons un saut dans le temps et revenons au tatouage actuel. La Fille en rouge s'est construite sur un manque et un accident. Quelque-chose que je n'envie pas en matière de douleur mais que j'envie toujours en matière de construction . J'ai toujours eu l'impression que les accidentés de la vie avaient un autre regard sur le monde. Une gravité qui permet de saisir ce qui est important et ce qui ne l'est pas. Un truc qui fait que tu as de la consistance et que tu es à la fois plus solide mais plus empathique. Un truc qui fait que le sourire de "la Fille en rouge" est indestructible. Ce parcours elle avait fait le choix de le marquer sur sa cheville et de potentiellement rajouter un petit trait supplémentaire tous les ans. Elle comptabilisait plus d'une vingtaine de traits quand elle a décidé que ce tatouage avait eu son utilité et qu'il était temps de rajouter une couche plutôt que le "continuer", passer dessus sans chercher à le cacher mais sans chercher à le sacraliser.
Ce tatouage aux allures de mur de prison avait renforcé un regard que l'on connaît tous. Un regard insistant, un regard jugeant, un regard accompagné d'étiquettes qui sont bien souvent fausses et réductrices. Depuis des années les étiquettes que l'on colle à "la Fille en rouge" sont comme des chaines traînant un boulet à son pied. C'est en devenant maman il y a un an qu'une fissure s'est créée. Un bracelet à permis d'en libérer un autre...finalement c'est une réaction en chaîne. 

Concrètement c'est le bracelet de naissance du petit N** qui nous a servi de pochoir pour ouvrir ce bracelet noir. Bien-sur, l'absence d'encre est en symétrie du tatouage passé, présent.


braclet cheville tatouage, tatouage metamose, olivier poinsignon, gus, collaboration



braclet cheville tatouage, tatouage metamose, olivier poinsignon, gus, collaborationbraclet cheville tatouage, tatouage metamose, olivier poinsignon, gus, collaborationbraclet cheville tatouage, tatouage metamose, olivier poinsignon, gus, collaboration

braclet cheville tatouage, tatouage metamose, olivier poinsignon, gus, collaboration

vendredi 22 mars 2019

Tatouage du Futur

ABOISSON épisode n°07




Episode07- TATOUAGE du Futur

Réagis, abonne toi et dis moi pourquoi un tatouage ça vaut mieux qu’une extension virtuelle?
Vos réponses m'aideront à rédiger mon prochain article! ----------------------------------------- liste des sources illustrant cette vidéo ----------------------------------------- Titan A-E: https://www.youtube.com/watch?v=njRH_... Biosensing: https://www.youtube.com/watch?v=rZ4L0... Logic Ink: https://www.kickstarter.com/projects/... Appropriate audiences: http://appropriateaudiences.net/ Da Vinci Robot: https://www.youtube.com/watch?v=_D-OR... Justine Emard: https://www.youtube.com/channel/UCDsl... Tatouage virtuel vu sur “realite-virtuelle.com”: https://www.realite-virtuelle.com/rea... Google G: https://www.youtube.com/watch?v=4EvNx... Opalka (il faut que tu vois son oeuvre): http://www.opalka1965.com/fr/index_fr... Table Ronde Video Formes (15 mars 2019): https://www.youtube.com/watch?v=o3K3B... ----------------------------------------- Prochain rendez-vous le 1er jeudi du mois 22h22 sur Instagram Live où l'on pourra parler de ça plus en détail. La news-letter te le synthétisera... -----------------------------------------

"Le tatouage est-il un art?"

Aboisson est un court programme de réflexions autour du tatouage "moderne" tel que je le visualise. J'ai répertorié une liste de sujets qui vont me permettre sporadiquement de répondre petit à petit à cette grande question:

Et si tu ne sais pas ce que veux dire sporadique, abonne toi à ma news-letter !




samedi 16 mars 2019

Collaboration tatouage: rêve et cauchemar en 3 points

collaboration tatouage olivier poinsignon



Introduction fade et sans originalité à lire avec cynisme: "depuis que l'art existe, 

les collaborations entre artistes existent". Fin de l'introduction.


Collaborer ça semble une grande idée plaisante tant qu'on ne l'a pas expérimenté. Ma première collaboration digne de ce nom fut une réussite avec l'Androgynette, on a eu de la chance car le cadre que nous avions nous a portés sans qu'on le mesure. L'autre paramètre de cette réussite c'est l'unité dans la diversité. Nos travaux de l'époque étaient "cousins éloignés" tout comme nos façons de procéder et de gérer une relation client étaient proches mais pas identiques. Cette collaboration a parfaitement fonctionné de mon point de vue car nous avions vécu une semaine ensemble où un nouveau  rythme de vie s'est installé naturellement. Collaborer sur papier est beaucoup plus facile car l'engagement corporel est inexistant et la feuille ne donne pas son avis. Là à plusieurs il faut comprendre ce qu'on nous dit, et comprendre aussi ce que l'autre a compris...et la carte blanche n'existe pas car même si ton client vient vers toi en te disant fait ce que tu veux, le corps lui raconte déjà quelque-chose avec sa pilosité, ses cicatrices, ses courbes, ses os et sans surprise: ses tatouages déjà présents! Quoi qu'il arrive une discussion est déjà engagée et il faut comprendre est ce que l'on va débattre ensemble et construire sur le corps ou alors allons-nous juste exposer nos avis cote à cote? Gynette je te salue chaleureusement car notre collaboration a été un tournant dans mon travail et au-delà de la pertinence de nos réactions graphiques je garde un souvenir fort de ce triptyque.



collaboration tatouage colaboratoire olivier poinsignon l'androgynette


1- Ne pas coucher avec son petit frère:


Pourquoi rédiger un article si tout va bien? Parce-que collaborer en vrai c'est la merde! Les clients fantasmes des unions où la consanguinité graphique frappe à la porte du résultat. Mon expérience passée avec AVOID l'automne dernier fut compliquée car pour construire son style il a puisé une grande partie de son travail (et j'en suis honoré) dans mes recherches et à réussi à en tirer une évolution plus claire et plus franche que ce que je peux proposer. Il est bon! En est sorti une pièce hybride à deux vitesses dont le changement de rythme et de fréquence entre la partie inférieure et la partie supérieure peut apparaître comme une maladresse. Le problème c'est que cette pièce j'aurais pu la faire tout seul , tout comme lui aurait pu la faire tout seul, les tics graphiques qui nous différencient auraient été réparti avec plus de justesse et l'impact global auraient été différent. Dans le cas d'AVOID on aurait eu une construction forte avec des changements de rythme maîtrises comme une armure marquée et dans mon cas on aurait eu une fréquence diluée sur le bras comme une fine seconde peau. Cette pièce a une valeur sentimentale car c'est le produit d'une rencontre entre deux personnes qui ont pris soin d'une troisième venant chercher une renaissance, un déchirement et ce fut aussi un déchirement pour moi de ne pas avoir imaginé "le risque Frankenstein". Cette pièce est bonne mais l’expérience dépasse le résultat et l'effort de la collaboration n'a pas apporté une évolution graphique majeure. (et crois moi ça me coûte d’écrire un truc pareil)


avoid x olivier poinsigon collaborationavoid x olivier poinsigon collaboration tot sessionavoid x olivier poinsigon collaboration tot session



2- N'écris pas ton nom en entier:


"Le risque Frankenstein" c'est le fait de vouloir à tout prix faire cohabiter l'intégralité des noms d'une collaboration. Chacun protège sa recette et donc tiens à ce que sa partie soit respectée et lisible car reconnaissable. "Le risque Frankenstein" en tatouage c'est de porter un agglomérat de "branding" pour ressembler à la prochaine voiture de rallye dont tous les sponsors sont des noms de tatoueurs. Du coup on se retrouve avec un patchwork forcé négligeant probablement la contre-forme de l'un et de l'autre et par la même occasion négligeant la forme du corps générale par saturation d'informations. Prenons l'exemple d'une chanson de 3 minutes composée par un groupe et que celui-ci décide de collaborer avec un autre groupe qui lui aussi sait remplir une chanson de 3 minutes. Chacun sait occuper un espace voix, percussion, vent ,cordes ... blablabla. Pour que ça fonctionne tout le monde doit accepter de couper un bout de son nom et laisser la place à l'autre. Vouloir appliquer l'intégralité de sa recette c'est s'exposer à enregistrer un son de 6 minutes quand on n'en a que 3. La collaboration doit être une fusion, cela doit être l’occasion de se réinventer et de changer sa recette. La collaboration ne devrait pas être du "branding" ou de l'alignement de nom. Or beaucoup de collaborations ne sont que des associations avec des objectifs marketing pour toucher la fan base de l'autre ou affirmer l'appartenance à un courant commun. On devrait pouvoir sentir les influences sans pour autant dire "ça c'est lui qui l'a fait". Imagine si à chaque fois que l'on se reproduisait nos enfants cumulaient l'ensemble de notre code génétique...


"Oui le plus dur c'est d'envisager un vide en comprenant bien que si ce vide est complètement rempli, la chanson est foirée!"




3- Va chercher ce que tu n'as pas et ce qui te contraste:


Moi c'est, l'ethnique, la géométrie pure, le old school, le traditionnel,  la couleur et l'hyper réaliste. Il faut comprendre ce qui te contraste et ce que tu vas pouvoir contraster. Si tu fais des lignes droites à quoi bon collaborer avec Ockanucun si ce n'est pour faire une ligne droite plus grande en moins de temps parce-que vous êtes deux!? L’intérêt est alors dans la performance mais le bébé graphique qui en sortira n'aura pas une nouvelle génétique! Est-ce-que j'ai vraiment besoin d'approfondir ce dernier point? Il faut utiliser l’opposition comme d'un faire valoir graphique et accepté de devenir aussi ce faire valoir. Mes lignes droites sont devenues plus droites le jour où j'ai compris qu'un jet de peinture apporterait un point de comparaison permettant d'accentuer une sensation. Le tatouage ci-dessous est une pièce de 2015 où j'ai commencé à intégrer les bénéfices des contrastes de "qualité d'information". Je vous laisse la regarder pour comprendre de quoi je parle.


tatouage clermont-ferrand olivier poinsignon bateau polonais



A ton avis quel serait la collaboration
dont le contraste serait le plus intéressant?



Et c'est pour ces trois raisons que je continue d'envisager des collaborations. Essayer de quand même travailler avec ses frères c'est s'assurer de passer un bon moment et produire des pièces laborieuses qui forcent une remise en question et de nouveaux apprentissages techniques. C'est faire preuve d'abnégation pour accepter de donner vie à quelque chose qui nous dépassera et enfin c'est donner la main à l'autre pour que son ombre produise ce qu'on ne peut résolument pas faire tout seul!




En rédigeant cet article j'ai bien sûr beaucoup pensé à Gus, Métamose, Emilie B, Yanina Viland, Claire Sinturel, Pleybeboy, Avoid, Alexander Efros, Lee Stewart et enfin Guillaume Smash avec qui je vais collaborer pour la 5ème fois cette année. <3


collaboration tatouage guillaume smash imaginarium olivier poinsignon